Découverte de la culture chilienne à Santiago

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On la dit moins culturelle que Buenos Aires, moins fascinante que Rio, moins exotique que Mexico… Elle n’en reste pas moins séduisante et charmante. Plus ouverte, plus sûre, et moins débridée que ses consœurs d’Amérique Latine, c’est une ville qui présente de multiples facettes.

Barrio Bellavista. Santiago,Chili- The Report Earth

Capitale culturelle

Cernée par la cordillère des Andes et ses neiges éternelles d’un côté, et de l’autre par la cordillère de la Costa, Santiago dispose d’une situation géographique idéale, à une centaine de km de la mer et une cinquantaine des grandes stations de ski. Fondée en 1541 par le conquistador Pedro de Valdivia, Santiago a aujourd’hui tout d’une grande capitale : une architecture poétique et éclectique, une gastronomie variée, une vie nocturne animée, une scène culturelle en plein développement…Avec près de 6 millions d’habitants, Santiago est désormais une métropole qui doit faire face à de réels problèmes de pollution et de trafic. Alors pour ceux qui souhaiteraient louer une voiture, il faudra faire preuve d’une grande concentration en ville : le sens de circulation s’inverse selon les heures de la journée ! Il serait dommage de se retrouver nez à nez avec un bus…!

Couleurs et saveurs

Mercado Vega. Santiago, Chili  - The Report EarthJPG

Pour démarrer cette visite de la capitale, loin du tumulte touristique, direction La Vega, le plus grand marché du Chili. Ici, fruits et légumes s’alignent dans des caisses en bois, le long des échoppes. Si l’hygiène en ferait pâlir plus d’un, La Vega –et La Vega Chica- restent avant tout des lieux d’échange représentatifs de la culture chilienne. Chiens et chats errants vagabondent dans les allées étriquées et surpeuplées, tandis que les marchands vendent nonchalamment des produits en tout genre. Il y en a pour tous les goûts et toutes les couleurs : du maïs noir au noni, cet étrange fruit également appelé pomme-chien. C’est à l’étage dans une pica, qu’il faut s’installer pour goûter aux spécialités locales : pastel de choclo (hachis parmentier de maïs), pastel de jaiba (tarte au crabe et fromage), paella marina (soupe de poisson et fruits de mer), tout en sirotant une bouteille d’InkaCola (pas besoin de traduction, vous imaginez de quoi on parle… Le goût ressemblant davantage à celui d’un chewing-gum XXL). Un détour par le Mercado Central, l’ancien marché couvert de Santiago, vous donnera un aperçu de la richesse de la cuisine chilienne. Sous son magnifique toit de métal et de verre, marchands de poissons et restaurateurs s’agitent dans la bonne humeur, sous l’œil aguiché des passants.

Tempérament latin

Plus tard, c’est dans le quartier Bellavista, au pied du Cerro San Cristobal, que l’on tombera sous le charme des artistes de rue de la ville. Dans ce quartier vivant en pleine expansion, maisons colorées – à l’architecture parfois audacieuse – et murs recouverts de graffs cohabitent dans un joyeux esprit bohème. On y trouve de mignonnes petites boutiques artisanales, une multitude de bars et restaurants et une poignée de galeries d’art contemporain. C’est au cœur du patio Bellavista, un endroit certes touristique mais qui ne manque vraiment pas de charme, que touristes et santiaguinos se retrouvent pour siroter un Pisco, une eau-de-vie de raisin dont l’origine divise le Pérou et Chili, la revendiquant chacun comme boisson nationale.

Barrio Bellavista. Santiago,Chili- The Report Earth

Puis passage obligé sur la Plaza de Armas, dans le centre historique de Santiago. C’est ici que Pedro de Valdivia fonda la ville de Santiago. La place, cernée par la cathédrale, l’office de tourisme, la Municipalidad et le Palacio de la Rel Audendia (abritant le Museo Historico Nacional) constitue le cœur névralgique du vieux Santiago. A l’ombre des palmiers, musiciens, chanteurs, comiques, et joueurs de cartes s’y retrouvent sur ses vieux bancs en bois. Dans les rues adjacentes, toujours animées, on flâne au milieu des cireurs de chaussures, camelots, joueurs d’échec et diseuses de bonne aventure. Au détour d’une ruelle, face à l’enseigne « Cafe con Piernas » (littéralement « café avec des jambes »), les interprétations vont bon train ! Alors pour découvrir ces bars typiques et traditionnels du Chili, on s’enfonce dans un des plus anciens établissements de la ville. Tandis que les serveuses des Cafes con Piernas s’affairent en petite robe moulante, celles des Cafe Oscuros (la version plus coquine…) se pavanent vêtues de minces bouts de ficelles. Ici, pas de strip attablé devant son whisky ou autre propositions affriolantes, les filles ne sont là que pour vous apporter un café (ou jus de fruit) et papoter un peu avec vous. Clientèle essentiellement masculine vous l’aurez deviné ! Malgré le « spectacle » offert, le café est même moins cher qu’ailleurs !

Grimpette et vue panoramique

Santiago,Chili - The Report Earth

La ballade se poursuit jusqu’au Cerro Santa Lucia, une petite colline à l’est du centre historique. Cet îlot de verdure, parsemé de cascades, fontaines et élégants bancs en pierre, mène au château d’Hidalgo. En empruntant les escaliers taillés dans la roche et ses marches abruptes, on se hisse au sommet de la Torre Mirador: le contraste entre l’environnement sauvage du parc et les lames réfléchissantes des façades des bâtiments modernes y est saisissant !
Enfin, pour s’offrir une vue à 360° sur la ville avant de quitter cette capitale pleine de surprises, il est indispensable de prendre de la hauteur sur le Cerro San Cristobal. Située au nord du quartier Bellavista, cette colline abrite le très beau parc Metropolitano qui domine la ville à 880m d’altitude. Munis de bonnes chaussures, on s’y ballade entre les espaces de verdure et chemins fleuris jusqu’au sommet de la colline, au pied de la Virgen Immaculada Concepcion, surplombant fièrement les différents quartiers de la ville. Un immense puzzle de souvenirs à assembler !

Ceviche. Santiago,Chile -The Report Earth

Au-delà de l’explosion de couleurs et du mélange d’arômes, la capitale chilienne offre une expérience culturelle authentique. Et si la Cordillère des Andes donne une perspective singulière à la ville, c’est avant tout la chaleur de ses habitants et la diversité des sites à découvrir qui lui donnent toute sa saveur


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment