Kratie - The Report Earth

Kratie, une histoire de Mékong

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alanguie au bord du Mékong, Kratie, capitale de la province du même nom, est une étape souvent appréciée du routard curieux, qui souhaite gagner l’extrême Est du pays ou le Sud du Laos. Si on y vient souvent pour son charme colonial et ses excursions pour voir les dauphins, la bourgade réserve bien d’autres découvertes.

Comptoir colonial oublié

Comptoir colonial oublié, Village Chlong, , Kratie - The Report Earth

Avec près de 100 000 habitants, l’ancienne cité du royaume de Chenla (du 6e au 8e s.) possède ce charme indéfinissable, propre aux provinces reculées du Cambodge. Malgré sa situation géographique centrale, Kratie reste une ville encore enclavée, qu’on atteint au prix d’une longue remontée du Mékong. Longtemps considérée comme « Haut lieu de khméritude », la cité garde aujourd’hui peu de traces de ce passé lointain. Encore peu développée, Kratie possède pourtant un riche héritage colonial français, que l’on découvre à pied, en flânant dans les ruelles souvent désertes de cette cité du bout du monde. Ici peu de voitures, on erre le long des maisons basses, fuyant un soleil écrasant, pour se réfugier à l’ombre sous de vieux arbres. De l’ancienne pagode restaurée au bord de la rivière au Wat Roka Kandal, en passant par les demeures imposantes et pagodes graphiques, partout, les vestiges coloniaux rappellent l’histoire de la cité.

Escale aux dauphins d’Irriwady

Dauphins Irrawady, Comptoir colonial oublié, Village Chlong, , Kratie - The Report Earth

Aux alentours, c’est encore et toujours une histoire de Mékong, et quand « la Mère des eaux » traverse Kratie c’est tout son cours qui en est émoustillé. Il se divise ici en de nombreux bras, formant des îles et de grands espaces aquatiques peuplés par les dauphins de l’Irrawaddy (des dauphins d’eau douce). N’imaginez pas un aquarium naturel prolifique… ils sont environ quatre-vingt entre Kratie et Stung Treng, et leur nombre ne cesse de décroitre. En voie de disparition, ce cétacé de plus de 2m de long, que l’on reconnaît grâce à sa tête protubérante et à sa nageoire dorsale courte, subit de plein fouet les violentes techniques de pêche. Et si l’émersion respiratoire périodique garantit d’entrevoir leur trogne aplatie près des chutes de Kampi, oubliez de suite vos fantasmes de pirouettes à la Flipper, on est loin de Marineland. Plus au Nord, les rapides de Kampi attirent les locaux de tout âge qui viennent faire trempette et s’offrir un bain de soleil en famille.

« Haut lieu de khméritude »

Phnom Sombok Pagoda, Koh Trong, Kratie - The Report Earth

Non loin de là, la colline-temple du Phnom Sombok offre une vue panoramique sur le Mékong. Après quelques trois escaliers et une longue série de marches (plus de 300 !), et la découverte de lieux de culture sur trois niveaux, on s’offre un doux moment de médiation au sommet de cette butte luxuriante. Entre le sanctuaire kitsch décoré de fresques représentant l’enfer bouddhique, et le gong fabriqué à partir d’une d’ogive de bombe désamorcée, (histoire de rappeler qu’en 1972 l’aviation américaine avait bombardé la ville, déjà aux prises de khmers rouges !), ce temple ne manque pas de nous rappeler le passé de la région.

Carte postale surannée

Village Chlong, , Kratie - The Report Earth

En route, on s’offre une bonne dose de Cambodge rural : meules de foin vertigineuses, charrettes à bœufs et champs cultivés, plantations abondantes et séchoirs à tabac, écoliers à vélo et pick-ups chargés de marchandises. Le long de la piste terreuse, de charmants villages aux maisons sur pilotis et hameaux animés, tel que le village Chlong. Fruits, légumes, céréales… la région vit au rythme des récoles et élevages, choyée par une nature luxuriante et exotique. Derrière les cahutes en bois et haies de bambous, l’on voit apparaître et disparaître le Mékong, magnifique miroir de la nature environnante. Entre les maisons flottantes et larges bancs de sables, des pirogues s’avancent mollement sur les eaux tranquilles du fleuve. C’est une allée d’immenses arbres qui annonce l’arrivée dans le bourg fluvial peuplé de Chams. Ancienne étape majeure du commerce de bois, le village Chlong, marquait à l’époque la limite de la civilisation avant le « Haut Chlong » (Mondolkiri), peuplée de tribus hostiles. Aujourd’hui, la bourgade semble résister au temps avec ses demeures à arcades fatiguées.

Histoires traditionnelles

Temple 100 colonnes, Kratie - The Report Earth

A 40km au nord de Kratie, se dessine timidement le village de Sambor, une des premières capitales du royaume de Chenla (VI°-VII°s). Près du centre, le Wat Sor Sor Muy Roi, autrefois connu pour ses « cent colonnes »a été entièrement détruit par les Khmers rouges ; à sa place, un temple moderne et coloré avec 108 colonnes a été érigé. Haut lieu de pèlerinage dans la région, c’est aussi le plus vaste de la région et une véritable source d’informations sur les légendes et histoires traditionnelles bouddhistes relatées sur les somptueuses fresques murales du temple. Se perdre dans la bourgade est aussi l’occasion de découvrir la vie locale. Ici et là, des habitants grimpent sur les palmiers dégarnis tandis que d’autres pressent les fruits et laissent fermenter légèrement le jus pour fabriquer du vin de palme. On retrouvera parfois le breuvage versé dans des morceaux de bambous, accrochés aux porte-bagages des vélos. Mais la plupart du temps, ces tronçons de bambous renferment le très prisé Kralan, (du riz gluant aromatisé à la coco), préparé depuis plusieurs générations par les habitants de Tmar Krae, un petit village le long de la Mékong, sur la nationale 377.

Parenthèse bucolique sur l’île de Koh Trong

Koh Trong, Kratie - The Report Earth

Pour s’offrir une véritable pause temporelle, c’est sur l’île de Koh trong, au beau milieu du Mékong qu’il faut aller s’égarer. Après une courte traversée en ferry, les échos sourds de la ville s’effacent et laissent place à un calme olympien. Pas de route goudronnée, pas de voitures, uniquement des rizières et cultures s’étendant à perte de vue. C’est la communauté Cham qui habite sur ce bout de terre tranquille, vivant de l’agriculture et de l’élevage, mais aussi de la pêche pour ceux résidant sur le village flottant à la pointe sud de l’île. Quelques heures sur place et vous voilà apaisés et sereins pour des semaines !


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment