Maitencillo et Cachagua, perles du Pacifique

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loin de l’agitation –et la pollution- de la sulfureuse capitale, direction la côte Nord Ouest du Chili pour s’offrir un bol d’air frais à la plage. C’est au centre du pays que se trouvent la plupart des plages, parsemées le long de côtes déchirées au bord du Pacifique.

Cachagua, Chili - The Report Earth

Côte pacifique

Premier arrêt à Zapallar, la station balnéaire la plus huppée de la côte, à 70 km au nord de Viña del Mar. Au milieu des bouquets de palmiers et de pins, se dressent fièrement de splendides villas, demeures très prisées par les riches habitants de Santiago. Près du muelle Calleta, « El Chiriguito », un restaurant un brin raffiné à base de mariscos (fruits de mer) attire touristes et locaux : de sa terrasse, on observe les nombreux pélicans présomptueusement juchés sur des rochers, tandis que les barques de pêcheurs voguent sereinement au large. Puis direction Maitencillo, une agréable station balnéaire à 170km au nord de Santiago. Ici pas d’immeubles et places bétonnées ; seulement des plages à pertes de vue, bordées par des collines boisées où se nichent d’adorables petits chalets. Près de 5km de sable fin ponctués de criques rocheuses et de charmants sentiers menant aux demeures noyées dans la verdure. Imaginez le tableau : un chalet surplombant l’Océan Pacifique, un terrasse en bois avec une vue imprenable sur la baie.

Maison Maitencillo, Chili - The Report Earth

Coquillages et crustacés

Respirer l’air iodé, savourer cette brise légère, regarder les surfeurs au loin… Mais l’air marin réveille nos sens et ouvre l’appétit : raison de plus pour aller flâner parmi les cabanes de pêcheurs le long de la caleta… A bord de son petit rafiot, un pêcheur nous hèle : voilà du poisson frais pour le déjeuner ! Au menu : ceviche d’oursin, reineta à la vapeur, et coquille St-Jacques au parmesan. Le tout accompagné d’un verre de Sol de Sol, un blanc délicieux, les pieds en éventail, sous les doux rayons de soleil… Puis la chaleur se fait plus intense, la houle plus forte : il est temps d’aller faire trempette ! Pieds nus, nous dévalons la plage, le nez en l’air pour regarder les dizaines de parapentes qui nous survolent ! Notre élan sera stoppé par une eau glaciale qui aura le mérite de nous rappeler que nous sommes toujours en automne ici, et ce malgré le cadre paradisiaque du lieu !

Farniente à la chilienne

Cachagua coucher soleil, Chili - The Report Earth

A l’approche du coucher du soleil, nous filons vers Cachagua, une petite ville balnéaire résidentielle à la mode auprès de la bourgeoisie santiaguine : là, sur la pointe séparant la plage de Cachagua et la petite playa de Las Cujas, se détache au large l’île de Cachagua où nichent une colonie de près de 2000 pingouins de Humboldt. Ajustez vos lunettes car ce sanctuaire sauvage ne se laisse pas approcher de près ! C’est le long d’un magnifique sentier, tout de pierre vêtu et cerné de fleurs luxuriantes que l’on pourra observer les villas cossues de la haute société chilienne. Après avoir escaladé les écueils de pierres échouées au bord du rivage, nous prenons place au sommet de l’un d’eux. Les vagues s’éclatent avec fracas contre les parois humides des rochers, le ciel, peu à peu, se pare de couleurs chatoyantes, l’eau s’infiltre dans chaque interstice formant de mignonnes petites lagunes où le ciel se reflète à merveille. La nuit est tombée avant que l’on ne s’en rende compte ; à pas de loup, nous retournons sur nos pas, dans un silence quasi religieux. Le soir, quand la fraîcheur nous enveloppe gentiment, on se retrouve dans le salon cosy et chaleureux, chauffé au> feu de bois, autour d’un excellent verre de Lazuli. Bercés par le bruit du vent et des vagues, les yeux sous les étoiles, on sombre peu à peu dans une douce torpeur. C’est aussi ça le vrai farniente à la chilienne !

Maitencillo pont, Chili - The Report Earth


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment