Que voir, que faire à Phnom Penh, The Report Earth

Que faire à Phnom Penh ?

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aux confluents du Tonlé Sap, du Mékong et du Tonlé Bassa, Phnom Penh est la capitale du royaume depuis l’époque de l’Indochine française. Vidée par les Khmers rouges à la fin des années 1970, la métropole cambodgienne est aujourd’hui en pleine mutation, sous l’impulsion d’une croissance économique nouvelle. Gratte-ciels modernes et gigantesques malls côtoyant tristement petits commerces en bord de rue et bâtisses écaillées témoignent des terribles disparités économiques et sociales du pays.

Poussiéreuse et chaotique, Phnom Penh peut mettre vos sens à rude épreuve : entre les motos, voitures et vélos qui circulent à contresens sans se soucier des piétons, les concerts de klaxon dès 6h du matin et la pollution étouffante de la ville, il faut apprivoiser la joyeuse anarchie de la métropole pour l’apprécier à sa juste valeur. Car c’est ce désordre ambiant qui fait tout le charme de Phnom Penh. Ici, tout se passe dans la rue : de la coupe de cheveux à la réparation de la moto, en passant par la pesée quotidienne. Au croisement du passé et du présent du continent, la cité en plein essor fascine par ses deux visages, entre pauvreté absolue et richesse extrême, entre charme et chaos.

Assister à un combat de boxe Khmère

Boxe Khmère, Que faire à Phnom Penh

Le Pradal Serey (littéralement « Combat libre » en khmer) est une forme historique de ce que l’on appelle Kun Khmer ou boxe Khmère. Longtemps resté aux oubliettes, cet art martial connaît ces dernières années un regain d’intérêt chez les Cambodgiens, qui se retrouvent souvent le weekend autour d’une bière pour regarder les matchs sur Bayon TV. Les plus gros des combats ont lieu au Stade Olympique, mais des combats ont lieu dans des endroits différents, demandez autour de vous les dernières rencontres programmées. Rendez-vous le samedi et le dimanche, devant les studios de la chaîne de TV CTN à partir de 14h au milieu de centaines de fans survoltés qui encouragent leur champion. C’est gratuit et fascinant !
Studios CTN, sur la RN5 au nord du pont Chruoy Changvar

Réfléchir au passé

Toul Sleng S-21 Prison, Phnom Penh, Cambodia

S-21. Une lettre, un nombre. Triste symbole de la barbarie des Khmers rouges. Ancien lycée reconverti en prison de haute sécurité en 1975 par les Forces de Sécurité de Pol Pot, la prison Tuol Sleng, devenue musée du génocide, est un lieu incontournable pour qui souhaite savoir. Entre 1975 et 1978, ce sont près de vingt mille détenus qui ont subis des atrocités et tortures sans noms pour avouer des crimes qu’il n’avait pas commis. Chaque détenu étant coupable de quelque chose dont il était innocent… A peine plus d’une centaine de survivants ont été identifiés et quand l’armée du Vietnam libèra Phnom Penh en 1979, seul sept prisonniers étaient encore en vie. Aujourd’hui, le musée est là pour témoigner de cette sombre époque de l’histoire du pays. Non loin de la ville, le camp d’exécution Choeung Ek, (mieux connu sous le nom de Killing Fields – champs de la mort) parle de lui-même. C’est dans ces véritables usines à tuer qu’ont été envoyés les « ennemis de l’Angkar » exécutés à la chaîne. Près de 20 000 fosses communes ont été retrouvées à ce jour. Un devoir de mémoire glaçant qui permet de se (re)mettre à niveau sur la dictature des Khmers rouges qui a fait 1,7 millions de victimes, soit plus de 20% de la population du Cambodge, en seulement quatre ans (selon le Programme d’étude sur le génocide cambodgien réalisé par l’université de Yale).
Entrée au musée du génocide 3$, 6$ avec l’audio-guide (essentiel !)
Entrée des Killing Fields : 5$

Faire une séance d’aérobic au stade olympique

Aerobic, gym stade, Que faire à Phnom Penh

Si le stade olympique est lui-même un lieu hors du temps avec son architecture khmère des années 60, dès la tombée de la nuit, lorsque l’étage supérieur est assailli par des hordes de dames venues se trémousser en rythme, il devient alors totalement surréaliste ! Imaginez le tableau : des centaines de personnes, des vieux, des jeunes, des femmes (et quelques hommes), se dandinant sous les instructions de leurs profs, boostés une musique hallucinogène aux watts surpuissants. Un cours d’aérobic 100% cambodgien, étonnant mix de madison et de gym suédoise !
Stade Olympique, près de l’angle du bd Sihanouk et du bd Monireth
A partir de 17h

Voyager dans le temps

A voir à Phnom Penh

Peu de sites touristiques au compteur de la capitale, mais les rares valent le détour ! Flèches scintillantes et grands jardins arborés du Palais royal, cloitres clinquants de la pagode d’argent, somptueuse collection d’art khmer du Musée National, grand rond-point boisé du Wat Phnom, édifices coloniaux près du Palais Royal et de la rivière … Phnom Penh offre au voyageur de multiples visages entre traditions khmer et héritage colonial du protectorat français.

Flâner sur le quai Sisowath

Quai Sisowath Que faire à Phnom Penh

Marche rapide en famille, parties endiablées de da câu (volant avec une plume) – un sport très populaire au Vietnam -, footing entre copines, ballade dans les allées bordées de palmiers, session skate entre copains… A la tombée de la nuit, de nombreux cambodgiens rejoignent le quai joliement aménagé de Sisowath. On y vient pour profiter de l’atmosphère plus fraîche et voir le coucher de soleil.

Terminer la ballade par un « pique-nique » au marché de nuit Phsar Reatrey, essentiellement fréquenté par les locaux. Si le marché en lui même présente peu d’attraits, on peut y tester les spécialités locales et manger à même des les nappes au sol. Bonne ambiance.

Découvrir l’art scénique Khmer

Art Khmer, théatre ombre, Théatre Sovanna Phum, Que faire à Phnom Penh

Réputé pour ses nombreux arts traditionnels, le Cambodge a su conserver ses savoir-faire et traditions au fil des siècles. Si on y découvre un bel éventail de l’art scénique khmer (apsara, musique traditionnelle…), c’est pour son théâtre d’ombre que la troupe d’artistes du théâtre Sovanna Phum s’est fait un nom. Déclaré chef-d’œuvre du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 200, le Sbek Thom Acteur (théâtre d’ombres mêlant esthétique et culture locales) fait partie intégrante de l’identité culturelle et religieuse du peuple cambodgien. Un spectacle poétique et fascinant où danse, musique, chant ajoutent à la magie du théâtre d’ombre.

Faire des emplettes

Marché Central (Phsar Thmey, Que faire à Phnom Penh

Sous le dôme Art Déco des années 1930 du Marché Central (Phsar Thmey), on trouve de tout, de l’électronique bon marché aux vêtements et souvenirs. Organisé en quatre ailes, le marché abrite des boutiques et stands à perte de vue. Un vrai fourre-tout !
Véritable labyrinthe, le Marché Russe (Psah Toul Tom Pong) mérite le coup d’œil pour votre pêche aux souvenirs. Avant d’y pénétrer, respirez un grand coup : les allées y sont étroites et la foule abondante. C’est d’ailleurs l’importante fréquentation de Russes qui a donné son marché dans les années 80.


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1Comment
  • Pascale
    Posted at 15:43h, 13 mars Répondre

    Merci pour ces commentaires toujours fort bien écrit . On voit presque les images défiler sous nos yeux ….

Post A Comment