Top Land Art - The Report Earth

Tops 10 des œuvres de Land Art à travers la planète

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas besoin de mille et un accessoires pour créer une œuvre d’art. La nature est plutôt bien pourvue en matériaux et permet de créer de magnifiques œuvres avec trois fois rien…! Le LandArt consiste à utiliser le cadre et les matériaux de la nature puis de soumettre l’œuvre obtenue à l’érosion naturelle. Il fait apologie de la démesure, du monumental, de l’art à l’échelle du paysage. Petit aperçu des œuvres qui ont séduit nos yeux de biches.

Spiral Jetty, Robert Smithson

Utah (US)
© Estate of Robert Smithson, courtesy of the James Cohan Gallery, New York

Spiral Jetty, Robert Smithson

Fasciné par la coloration rouge de l’eau du Grand Lac Salé, l’artiste Smithson a construit une spirale, symbole lié au culte solaire et à l’infini, de 457 m de long et de 4,6 m de large. L’œuvre, créée à l’aide de boue, de cristaux de sel, de rochers de basalte, de bois et d’eau, s’enroule dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et suscite ainsi un décentrement constant. Spiral Jetty est seulement visible lorsque l’altitude de sa surface descend en dessous de 1280 m3 alors pensez à vérifier le niveau de l’eau avant de vous y rendre !

Où ? A environ 70 km à l’Ouest de Brigham City, Utah.
Quand ? Les jours ensoleillés, lorsque les routes sont sèches et le niveau d’eau suffisant.
Combien ? Gratuit !


Surrounded Islands, Christo and Jeanne-Claude

Biscayne Bay, Greater Miami, Florida, 1980-83
© Wolfgang Volz

Surrounded Island, Christo Jeanne Claude

Réalisée en mai 1983, au large de Miami, dans la baie de Biscayne, cette œuvre éphémère a été élaboré pendant trois longues années. « Surrounded Islands » consiste en l’emballage de 11 îles artificielles de la baie à l’aide d’une toile rose fuschia. En totale symbiose avec son environnement, ce gigantesque projet est d’une étonnante beauté! Et sa couleur n’est pas choisie au hasard, elle évoque les douces teintes de la crème glacée et rappelle la couleur phare de la région: celle du loisir, du soleil, de l’insouciance, de l’euphorie. Une jolie touche d’humour et d’amour !

Refuges d’Art, Andy Goldsworthy

Autour de Digne-les-Bains, Alpes-de-Haute-Provence (1999)

Andy Goldsworthy's - Refuges d'Art

Refuges d’art est un parcours de 150 km à travers les paysages exceptionnels de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence, une œuvre d’art à « parcourir » en une dizaine de jours de marche. Départ à Digne-les-Bains dans les Alpes-de-Haute-Provence. Suivi d’une ballade reliant trois Sentinelles (des monticules ovoïdes de pierres sèches réalisées par l’artiste britannique) dans trois vallées différentes. Tout au long du parcours, d’autres œuvres de Goldsworthy sont aménagées dans des refuges. Une sculpture conçue spécifiquement pour chacun de ces sites fait désormais partie intégrante du bâti. Un projet étonnant qui allie l’art contemporain, la randonnée et la valorisation du patrimoine naturel et culturel !

Infos pratiques ici


Ligthtening fields, Walter de Maria

Nord de Quemado, Nouveau-Mexique (US), 1977
© John Cliett

Lightning field, Walter de Maria

Loin de toute civilisation, Walter de Maria a installé son « Champs de foudres », une œuvre s’étalant sur un rectangle 1mile sur 1km, dans lequel il a planté 400 mâts en acier inoxydables espacés chacun de 67m, sensés attirer la foudre. Loin d’être une simple imposition humaine sur ce lieu, elle inclue la nature elle même dans son fonctionnement. Les poteaux métalliques, qui structurent et rythment cette plaine désertique, vont capter les premiers rayons du soleil avant que lui-même ne soit visible à l’horizon. Vers midi, lorsque le soleil est à son apogée, ils deviennent alors pratiquement invisibles, et longtemps après le coucher de soleil, ils demeurent incandescents. C’est lorsqu’un orage éclate que l’œuvre prend tout son sens : les mâts sont frappés par des éclairs et offrent un spectacle ahurissant, mariage parfait de la nature et de l’art.

Infos pratiques : une cabane en bois a été emménagé spécialement et permet d’accueillir six visiteurs à la fois (pour un séjour de 24 heures). Conformément aux souhaits de l’artiste, il n’est possible de visiter l’œuvre que 6 mois par an. Mais Mère Nature étant capricieuse, tout le monde n’aura pas la chance de « capturer » son éclair. Plus d’infos ici

Desert Breath by by D.A.ST. Arteam

Hurghada, Egypte, 1997

Desert Breath by by D.A.ST. Arteam

Aire d’atterrissage pour soucoupe volante ? Messages extra-terrestres? Rien d’aussi trépignant, il s’agit « juste » d’une immense œuvre d’art à quelques kilomètres de la mer Rouge, au sud-est de l’Egypte. Si ces mystérieux signes ont intrigué de nombreux internautes sur Google Earth et Google Maps et ont ainsi attiré des touristes du monde entier, l’œuvre créée par D.A.ST. Arteam date pourtant de 1997. A l’origine, cette installation géante de plus de 100 000m² comprenait un lac de 30 mètres de diamètre en son centre (aujourd’hui à sec), d’où s’étendent deux spirales faîtes de cônes de sable et de trous. Selon le point de regard, « Desert Breath » (« Souffle du désert ») s’expérimente de façon différente: vue du ciel elle devient image, et au sol elle propose une « expérience physique » entre les spirales. Laissée aux prises avec la nature, l’œuvre existe encore mais se désintègre peu à peu, comme un rappel du temps qui passe. Malgré la puissance de l’art, la nature reprend toujours ses droits…

Pour le voir ? C’est ici !


Landscape Light Installations by Barry Underwood

Rodeo Beach, 2009

Barry Underwood, Beach Rodeo

Au nord de l’Amérique, l’artiste et photographe américain Barry Underwood utilise des sources lumineuses à LED pour transformer les paysages de campagne. Dans les forêts, les montagnes ou à proximité des lacs et rivières, il transforme ces lieux et modifie la perception de l’espace grâce à ses installations lumineuses. En effet, en jouant sur l’intensité des bâtons de couleur et sur le temps de pose de l’appareil photo, il propose une lecture poétique de ces lieux, et suggère un récit mystérieux, entre rêve et imagination. Une jolie expérience pour créer un monde parallèle, entre le naturel et l’irréel.


Sandworm, Marco Casagrande

Plage de Wenduine (Belgique), à la hauteur du Chalet West-Hinder, 2012
© D.A.ST. Arteam

casagrande laboratory- sandworm at beaufort

L’architecte finlandais Marco Casagrande et Casagrande laboratory (c-lab) réalisent une structure pour le Beaufort04 nommée « Sandworm » de cinquante mètres de long, qui s’étire entre les dunes comme un énorme ver de bois.  » Le bâtiment doit évoluer à partir de son emplacement, il doit réagir à son environnement, il doit refléter la vie, mais surtout être lui-même, comme n’importe quel autre être vivant. » : entre architecture et art plastique, l’œuvre de l’architecte finlandais Marco Casagrande témoigne d’une interaction constante avec la nature. Réalisée pour le Beaufort04, cette œuvre de cinquante mètres de long, s’étire entre les dunes comme un énorme ver de bois. Les visiteurs peuvent s’y promener, en interagissant entre eux et avec l’environnement grâce aux trous de ce boyau de bois. « Sandworm » est un médiateur entre la nature humaine et la nature elle-même.


Nancy Holt, Sun Tunnels

Comté de Box Elder, Utah, 1973-1976

Nancy Holt, Sun Tunnels- Land Art, The Report Earth

A la fois artiste plasticienne, photographe et cinéaste américaine, Nancy Holt interroge les relations espace-temps. Sun Tunnels (1973/76, Great Bassin Desert, Utah), une de ses premières œuvres de land art, est composée de quatre tunnels massifs en béton de 2.5m de hauteur et 6m de long, disposés en croix en plein milieu du désert américain. Orientée en fonction des solstices d’été et d’hiver, l’installation joue avec le soleil/la lune et les étoiles grâce à la lumière. Différents trous –représentant les étoiles -sont percés tout du long de ces buses de béton, entre en mouvance à l’intérieur du tunnel tout au long de la journée selon la position du soleil. La disposition de ces blocs dans l’espace permet de alors suivre les mouvements du soleil. Tel un objectif dans lequel on peut se tenir debout à l’abri du vent ou du soleil.

Où : à 4h de route de Salt Lake City –> Situation exacte
Pour mieux comprendre

JIM DENEVAN One Eyeland – Inspiration

Black Rock Desert, Nevada (US)

JIM DENEVAN -One Eyeland - Inspiration

« La terre est ma toile et mes œuvres sont sans limite », c’est ainsi que l’artiste Jim Denevan se présente. Surfeur, explorateur et artiste, l’homme est multifacettes. Son terrain de jeu ? La nature ! Depuis quelques années, le baroudeur américain crée ses œuvres monumentales éphémères sur le sable, la terre ou la glace à l’aide d’un simple bout de bois et d’un râteau; pour certaines autres encore plus grande, il se sert alors de véhicules. On ne peut que rester ébahis devant ces tracés d’une régularité saisissante ! des œuvres d’une beauté époustouflante qui seront doucettement estompées par le vent ou les vagues.
Plus d’infos ici


Simon Beck, le peintre des neiges

Black Rock Desert, Nevada (US)

Simon Beck

Amis des Alpes françaises, vous ne le savez peut-être pas, mais vous êtes sur la terre d’inspiration de l’homme qui dessine sur les montagnes… ! J’ai nommé le talentueux (et courageux !) Simon Beck. Originaire du sud de l’Angleterre, cet artiste possède un chalet aux Arcs, où il passe la majorité de ses hivers. Pas de pistes vertes et virées en luge non, sa passion à lui? Créer des fresques géantes directement sur la neige à l’aide de ses raquettes. Résultats : des œuvres géométriques monumentales qui transforment les étendues de neige en véritables tableaux visibles à des kilomètres. Un spectacle bluffant qui demande des heures de travail. Après avoir planifié la conception sur papier à l’aide d’un rapporteur et d’une règle, chaque pièce prend environ 10 heures à l’artiste pour réaliser son œuvre sur la neige. (Simon a forcément un forfait illimité à la station des Arcs !). Des kilomètres parcourus dans la poudreuse pour donner vie à ces performances poétiques. La neige devient matière, le sol se transforme en broderie, et le manteau blanc des pistes une immense galerie à ciel ouvert. C’est ça la magie du snow-art !


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment